Le blog Interfimo :
actualité et documentation

Le financement du véhicule professionnel

Toutes professions libérales Réagir à cet article
Le financement du véhicule professionnel
Le financement du véhicule professionnel

S’agissant d’une voiture à usage professionnel prépondérant :

  • Faut-il emprunter ?
  • Selon quelles modalités (durées /crédit - location avec option d'achat - location ) ?
  • Quel parti tirer de la liberté d’affectation professionnelle ou privée et de la valeur à la revente ?

…sachant que la 3ème question devra être étudiée avec l’expert-comptable de l’entrepreneur ou du professionnel libéral.

Faut-il emprunter ?

  • Taux actuels très bas
  • Intérêts intégralement déductibles (selon statut fiscal choisi)

Règle d’or : Préserver la trésorerie de l’entreprise

Selon quelles modalités (durées /crédit - location avec option d'achat - location ) ?

Sur quelle durée ?

5 ans en général (4 ans réservé aux usages intensifs)

Règle d’or : Faire coïncider la durée d’emprunt avec la durée de l’amortissement fiscal

Selon quelle technique : crédit – location avec option d'achat - location ?

  •  Il n’y a pas (plus) de niche fiscale :
    • crédit : déduction intérêts + amortissement
    • (immobilisation limitée à 18.300 €)
  • LOA et location : déduction des loyers (même limite de 18.300 €)
  • L’engagement financier est moins «visible» en LOA et location
  • Le financement à 100%  (de règle en LOA et location) est banal en crédit
  • Les avantages annexes de la location (assurance, maintenance...) peuvent généralement être négociés, à part en crédit et LOA

Règle d'or : Choisir le moins cher !

Quel parti tirer de la liberté d’affectation professionnelle ou privée et de la valeur à la revente ?

Affectation patrimoniale et fiscale

  • Les entrepreneurs et les professionnels libéraux doivent décider si la voiture sera un actif professionnel ou un actif privé mis à la disposition de l’activité professionnelle
  • Les économies d’impôts liées à un bon choix sont considérables sur toute une carrière

Règle d'or : Etudier la question avec son expert-comptable !

Affectation patrimoniale et fiscale (exemple)

  • Le médecin qui aime les belles voitures n’apprécie pas le barème kilométrique cantonné à 7 CV (0,399 € !) s’il acquiert à titre privé
  • Mais il n’apprécierait pas non plus d’être imposé sur la plus value lors de la revente/reprise s’il achetait à titre professionnel
    (plus value = valeur vénale – valeur comptable après amortissements)
  • Pourquoi ne pas procéder en deux temps, ce qui est tout à fait possible avec un financement par crédit ?
    • Temps 1 : affectation professionnelle pour déduire ses intérêts
    • Temps 2 : bascule dans le patrimoine privé pour gommer la plus value future

Les 3 premières années : affectation professionnelle

  • Intérêts intégralement déductibles
  • Amortissement sur immobilisation limitée à 18 300 €

A partir de la 4ème année : bascule dans le patrimoine privé (barème kilométrique)

  • Plus value nulle ou négligeable car la valeur comptable et la valeur argus sont équivalentes
  • Le crédit poursuit normalement son cours
  • Certes les intérêts ne sont plus déductibles… mais ils ont quasiment tous été déduits au cours des 3 premières années !

 

Financemen du vehicule professionnel

 

En complément dans notre rubrique Votre carrière / S'équiper,
découvrez la place du véhicule dans une carrière professionnelle

 

 

Commentez cet article Pour commenter cet aticle :   Se connecter