Le blog Interfimo :
actualité et documentation

Environnement économique mondial en juin 2019

Toutes professions libérales Réagir à cet article
Environnement économique mondial en juin 2019
Environnement économique mondial en juin 2019

Au cours du mois de juin, les indicateurs économiques ont été très mitigés, indiquant une croissance toujours positive mais en décélération aux Etats-Unis, en zone euro et les pays émergents. L’activité manufacturière, en particulier, subit les effets des mesures protectionnistes américaines, sachant qu’il y a des risques importants que ces mesures soient encore renforcées.  Les marchés actions ont bénéficié, notamment, du ton conciliant des banques centrales tandis que les marchés de taux souverains ont connu une baisse.

États-Unis : phase de décélération avec des signaux mitigés

L’activité économique ralentit aux Etats-Unis sous l’effet d’une décélération graduelle de la demande interne. Comme d’habitude, dans une phase de décélération, les signaux sont mitigés : le marché du travail reste globalement porteur avec un taux de chômage de 3,6% mais les créations d’emploi commencent à décevoir. De même, la confiance des consommateurs est en baisse. La faiblesse du secteur manufacturier, sous l’effet du repli du commerce mondial et de la montée des incertitudes politiques, est probablement la principale cause de cette perte de vigueur. La Réserve fédérale a commencé à signaler que des baisses de taux directeurs pourraient être justifiées en cas d’augmentation des effets négatifs des tensions commerciales sur les perspectives économiques.

Zone Euro : faiblesse de l’activité et montée des risques de guerre commerciale

Les chiffres parus au cours du mois de juin ont, dans l’ensemble, continué de signaler un ralentissement au 2ème trimestre après le rebond significatif du Produit Intérieur Brut (PIB) au 1er trimestre.  Le tableau général reste celui d’une activité toujours vigoureuse dans les services alors que le secteur manufacturier peine à relever la tête, notamment en Allemagne. Si l’effet des chocs industriels de 2018 s’estompe (la production se normalise progressivement dans le secteur automobile après les importantes perturbations générées par un changement de normes des tests anti-pollution), les craintes de guerre commerciale internationale freinent la confiance et l’investissement. Prenant acte de la faiblesse de l’activité et de la montée des risques, la BCE a indiqué qu’elle ne prévoyait pas de remonter ses taux directeurs avant mi-2020 (au lieu de fin 2019 auparavant).

Pays émergents : publication de chiffres plus faibles

Les chiffres d’enquêtes conjoncturelles, tels que les PMI, montrent des signaux mitigés avec un certain biais à la baisse. À l'exception de l'Inde, les pays BRIC (Brésil, Chine et Russie) ont publié des chiffres plus faibles.

Stratégie AMUNDI – Achevé de rédiger le 5 juillet 2019

Vous souhaitez être bien informé pour bien décider ?
Téléchargez l’application mobile de LCL Banque Privée
"Actu Patrimoine"

LCL Banque Privée

Commentez cet article Pour commenter cet aticle :   Se connecter